Management : 10 leçons du bonheur en entreprise

Management : 10 leçons du bonheur en entreprise

La reconnaissance du burn-out comme maladie professionnelle – financée par les employeurs – est le combat de Benoît Hamon. L’ex-ministre, qui n’a jamais travaillé en entreprise, défend cette cause via une proposition de loi qu’il devrait remettre sur le tapis, à l’occasion du débat sur la loi El Khomri. En lisant son texte, on apprend que la souffrance au travail est devenue « le mal de notre temps ». Et comme les entreprises sont responsables, elles doivent payer. Côté patrons, on n’est pas d’accord, mais ça bouge. Car cette affaire de burn-out n’est pas une lubie. Bruno Mettling, directeur général adjoint d’Orange, en sait quelque chose : son entreprise a été traumatisée par une trentaine de suicides en 2008 et 2009 et il a remis au gouvernement un rapport sur le travail et le numérique selon lequel « l’intensification du travail et les excès de connexions professionnelles sont susceptibles de porter atteinte à l’équilibre de vie, voire à la santé des collaborateurs ».

 

 

Trop de contrôles

Gaëlle Monteiller, avec qui il débat dans Challenges (lire page 56), a dirigé une usine de Peugeot avant de quitter le groupe pour écrire un traité de ce qu’elle n’y a pas vécu : le happy management. Car l’antidote au burn-out ne sera pas une loi, mais la prise de conscience que la satisfaction au travail est indispensable. Signe des temps, les services généraux, jadis méprisés des états-majors, se nomment aujourd’hui directions de l’environnement de travail, et Gilbert Blaise, le président de leur association professionnelle, l’Arseg, est partie prenante pour « l’amélioration du bien-être au travail ». Bureaux, ateliers : tout doit être repensé pour attirer des talents, les rendre heureux et les laisser s’épanouir pour gagner. « Les lignes bougent », constate Jacques Lecomte, auteur des Entreprises humanistes (éditions Les Arènes). Un ouvrage bourré d’expériences empiriques et d’études scientifiques qui prouvent que le bonheur et la bienveillance sont les clés de la performance…

Lire la suite sur Challenge.fr