Les défis que posent les générations Y et Z aux ressources humaines

Avec les attentes plus individualistes des générations Y et l’arrivée des Z, les ressources humaines vont devoir jouer les chefs d’orchestre pour concilier les attentes de tous et conserver un sens commun dans l’entreprise.

Que vont devenir les RH dans les années à venir? La question se pose d’autant plus que les entreprises doivent gérer plusieurs générations aux attentes et aux valeurs pour le moins divergentes, accompagner au mieux les 20/35 ans qui constitueront 50% des travailleurs en 2020 et 75% en 2025 et s’atteler à leur digitalisation. « Chez Orange, on croit que la fonction ressources humaines va être encore plus centrale dans ces transformations », croit Jérôme Barré, directeur exécutif en charge des ressources humaines et de la communication interne chez le géant des télécommunications. D’où l’initiative du groupe et des cabinets de conseil Oliver Wyman et Mercer de sortir un livre blanc sur l’évolution de la fonction Ressources Humaines à l’horizon 2020-2025. « Il faut gérer le fossé entre deux générations », constate Romain Bureau, partner chez Mercer. Sachant que la nouvelle génération a une forte personnalité! Les Z et Y savent qu’ils n’auront plus un poste à vie. En conséquence, ils se construisent à titre individuel: quand ils sont en poste, ils apprennent tout ce qu’ils peuvent apprendre pour mieux se vendre ensuite -sachant que le premier niveau de carrière est passé de trois à un an/ un an et demi ; ils font primer leur développement personnel ; ils sont plus engagés mais moins fidèles ; et ne font plus de différence entre la vie professionnelle et la vie personnelle. « Ils veulent piloter la chose et tout décider », note Romain Bureau. (Ceci est bien entendu un profil caricatural pour donner une idée du profil des nouvelles recrues, chacun gardant sa propre personnalité…).

Fort de ce constat, voici quelques pistes…

Lire la suite de l’article sur : Challenges